Ville de Trois-Rivières
Services au citoyen
Accueil / Section Services au citoyen / Bibliothèques / RFID : du nouveau dans vos bibliothèques

RFID : du nouveau dans vos bibliothèques


Le libre-service dans les Bibliothèques de Trois-Rivières

Les Bibliothèques de Trois-Rivières procéderont, au cours de l'année 2016, à l'introduction d'appareils de libre-service et changeront la flotte d'équipements spécialisés.

Bien que la nature des réaménagements et des équipements déployés variera selon les bibliothèques, la majorité d'entre elles offriront, d'ici l'automne 2017, des appareils de prêt en libre-service afin de permettre aux usagers d'enregistrer leurs emprunts de façon simple, confidentielle et à leur rythme.

De plus, certaines bibliothèques seront dotées d'appareils de retour automatisés, qui assureront le retrait immédiat des documents du dossier de l'abonné.


L'introduction d'une nouvelle technologie

À l'instar d'autres bibliothèques, grandes comme petites, du Québec, du Canada et d'ailleurs, les bibliothèques de Trois-Rivières ont fait le choix d'adopter la technologie RFID. L'introduction de cette technologie vise non seulement à assurer la simplicité d'utilisation des nouveaux services autonomes pour les usagers, mais elle permettra aussi une gestion plus efficace et efficiente des collections et des activités liées à leur circulation.


Qu'est-ce que la RFID et comment est-elle utilisée en bibliothèque?

L'accronyme anglais RFID est couramment utilisé pour désigner la technologie d'identification par radio fréquence (Radio Frequency Identification). Cette technologie assure l'échange d'informations par le biais des ondes radio, entre un objet muni d'une ou de plusieurs puces électroniques et un système informatique, en utilisant un lecteur dédié.

On retrouve la technologie RFID dans plusieurs domaines de la vie courante. Elle est notamment utilisée pour le commerce de détail et la sécurité, les cartes prépayées, le contrôle d'accès aux édifices ou aux services, le transport en commun et la géolocalisation.

En bibliothèque, les puces électroniques sont associées à chaque document par le biais d'étiquettes RFID. Aussi, des lecteurs RFID sont intégrés aux postes du personnel, aux appareils de prêt et de retour libre-service, aux robots de tri automatisé (pour l'instant, nos infrastructures ne le permettent pas), de même qu'aux portiques de sécurité. Ces lecteurs RFID sont munis d'antennes qui, en émettant des ondes radio, communiquent avec les étiquettes qui se trouvent dans leur portée de détection.

Les principaux avantages de cette technologie sont la simplicité et la rapidité d'exécution des tâches. Puisqu'il suffit de placer la puce électronique dans la portée du lecteur RFID, des manipulations peu précises sont requises pour enregistrer une ou plusieurs transactions. Aussi, le délai de communication est rapide. Par exemple, il suffit qu'un document soit déposé pendant quelques secondes sur le pavé de détection d'un poste de prêt libre-service pour que le système enregistre l'emprunt au dossier de l'abonné et désactive la sécurité.

Le déploiement de la technologie RFID vise l'amélioration du service à la clientèle. Elle permettra de réduire les tâches mécaniques au comptoir de prêt afin de rendre les employés plus disponibles aux usagers. Ceux-ci pourront notamment obtenir de l'aide pour chercher dans le catalogue, utiliser nos bases de données, localiser des documents et découvrir nos différentes suggestions, tout en bénéficiant des autres tâches que les employés ne peuvent actuellement pas accomplir, faute de temps. Étendre les heures d'ouverture à coût nul pour les citoyens est aussi un défi à relever et cette technologie pourra éventuellement le permettre.


La mise en place de la technologie RFID présente-t-elle des risques de confidentialité pour l'emprunteur?

Les puces ne contiennent que des informations codées, minimales, et spécifiques au document, comme son numéro, le sigle de la bibliothèque qui en est propriétaire et l'état de sécurité qui lui est associé.

Autrement dit, les puces présentes dans les documents ne contiennent pas d'information littérale ou de code de produit permettant de connaître à l'insu d'une personne le titre d'un document en sa possession, ni aucune information relative à son dossier d'abonné ou à ses habitudes d'utilisation de la bibliothèque.


L'utilisation de la technologie RFID présente-t-elle des risques pour la santé humaine?

Les composants et le fonctionnement des systèmes RFID sont soumis à des législations internationales strictes. Les études menées par l'Organisation mondiale de la santé sur l'utilisation de la RFID n'ont démontré aucun danger pour la santé humaine lorsqu'utilisée à une fréquence de 13,56 MHz, comme c'est le cas du système RFID que l'on retrouve en bibliothèque. De plus, la technologie n'a pas d'impact sur le fonctionnement des appareils médicaux (tels que les stimulateurs cardiaques).


Quels sont les impacts du déploiement du système RFID et des appareils de libre-service sur l'utilisation de ma bibliothèque?

Du printemps 2016 jusqu'à l'automne 2017, 450 000 documents seront convertis à l'aide de l'encodage et la pose d'étiquettes, douze postes de prêt libre-service et six portiques de sécurité seront déployés dans nos cinq bibliothèques. Le déploiement de ces nouveaux appareils a été planifié de façon à minimiser les impacts sur la clientèle. Ainsi, au cours de cette période, les bibliothèques demeureront ouvertes et leurs collections accessibles, bien que certains travaux mineurs pourront être réalisés pendant les heures de service.


Envoyer à un ami Version imprimable Haut de page



Utilisation Confidentialité Webmestre Intranet   Aujourd'hui le 23 février 2017